Jeune Arabe entier facétieux

J’ai depuis quelques séances à remettre en route un pur sang Arabe de 5 ans, entier, que je nommerai Laeib pour l’occasion.
Je me déplace chez lui: l’accueil au club est impossible en ce moment, les paddocks sont complets!

Laeib doit bientôt être vendu et donc être prêt à se mettre au travail sitôt vendu.
Là où il vit, actuellement, peu de personnes peuvent le monter suffisamment souvent, il est donc régulièrement en jachère même s’il a été suivi par plusieurs personnes, soit sur le long terme, soit épisodiquement.

Il a la chance de vivre en prairie, mais il est en proie par ailleurs à des frustrations liées à son isolement (qui l’ont conduit il y a un an à ‘séquestrer’ une personne dans son parc, en l’empêchant d’en ressortir, si si! facétieux disais-je). Frustrations qui le poussent à quelques excès, quelques débordements dans son parc, en main ou sous la selle.

Poursuivre la lecture

Eclipse ou le bonheur perpétuel

Eclipse a 24 ans depuis le 14 juillet 2018.

Eclipse est une jument qui a supporté avec une infinie bienveillance toute mon évolution équestre, tous mes excès, toutes mes erreurs, toutes mes tentatives, tous mes errements, tous mes espoirs, toute ma confiance, tous mes doutes et toutes mes certitudes, et surtout, mon absolue croyance en son immense capacité à me porter – dans tous les sens du verbe.

Pour cela, il fallait qu’elle ait un tempérament bien trempé. Une intelligence hors norme. Une volonté inébranlable. Un investissement sans faille. Une réactivité sans pareille. Une adaptabilité inégalable.

Eclipse est suivie depuis des années en soins vétérinaires (Deroubaix), dentisterie (Tudziarz), ostéopathie (Chêne), maréchalerie (Hernanz), et shia-tsu (Vespertini) depuis que nous sommes dans la région soit une quinzaine d’années.

Ils sont les artisans de sa vie, ils sont les piliers de ma confiance.

Une jument qui tourne comme une horloge, souple comme un chat (bon, gros et un peu lourdingue, le chat, ok), délicate comme un bulldozer… Ma jument, Eclipse, quoi!
Et qui avance en âge. Qui ne se bat plus contre vents et marées dans son troupeau, dont elle reste la dominante pourtant encore à ce jour, dont elle est aussi toujours le leader.

Et puis cet été, ses postérieurs ont accusé une faiblesse. Un va-savoir-quoi d’inquiétant. un effondrement bref, sans aller jusqu’à la chute, un truc bizarre et qui glace un peu les sangs pendant une fraction de seconde.
Une fois que ceci s’est déclenché, ça s’est ensuite reproduit plusieurs fois par séances…
Séverine Deretz, ostéopathe aussi, présente lors des faits, l’a manipulée depuis, deux fois.
Bon, il ne sera plus question désormais pour Eclipse de porter sur son dos, même pour me faire plaisir, des cavaliers qui ignoreraient l’isopraxie et qui figeraient leur bassin, même inconsciemment, même brièvement.

Et depuis cette dernière manip…

Surprenant!
Je ne saurais mieux l’exprimer que lorsque j’ai écrit à Séverine ce qu’il en était alors en voici la copie.

« Depuis que tu as manipulé Eclipse, elle ne plonge plus sur son antérieur droit. Elle ne plonge plus non plus de temps en temps sur la main. Tout semble huilé.
Elle a plus de facilité pour reculer son piaffer.
Elle galope mieux presque sur place donc les pirouettes sont elles aussi facilitées.
Elle m’a même proposé deux changements de pied alors que je n’y pensais même pas. Elle ne s’est pas stressée.
Wow. Wow. Wow.
Chaque foulée était en apesanteur comme lorsqu’on travaillait plus fréquemment. Voire mieux.
Si seulement je pouvais te faire ressentir ce bonheur, ce privilège que tu m’offres… »

Séverine, merci, merci, merci…

Et à Eclipse, merci, merci mille fois, merci infiniment, ces moments équestres sont un tel joyau, de tels moments irréels de communion… A chaque pas, je crois que nous avons atteint le sommet de cette communion. A chaque pas suivant, je me rends compte que nous en étions loin et que ça y est, je perçois enfin sa puissance et sa magie…

Nous avons dépassé mes rêves d’enfant, nous avons dépassé (merci de toute mon âme à l’Ecole de Légèreté) mes rêves d’adulte, nous avons dépassé tout ce que mon imaginaire pouvait envisager…
Chaque pas fait avec elle, à ses côtés ou sur son dos, enveloppée par son énergie magnifique, est un shoot de vie inestimable.

Pour paraphraser la saddle-fitteuse d’Eclipse (Cottereau):
 » j’ai juste envie de déclamer en boucle le monologue d’Otis dans « Mission Cléopâtre » : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… Je ne suis qu’Amour ! « 
(oui, euh… pffff… c’est bon là! on a compris 😀 )

Dahouk et les dernières défenses

Non il ne s’agit pas d’un éléphant, ne vous y méprenez pas! Mais bien d’une jument qui a deux maxi trois astuces de comportement déconcertantes et qui les ressert sans cesse, à toutes les sauces, à chaque contrariété.

Nous avons donc son astuce n°1, qui est d’ignorer la sollicitation du mouvement avant. Bon, là, si on prend garde à ne jamais renforcer l’action de jambe initiale par une action de jambe répétée puis plus forte, cela devrait disparaitre. En gros, elle dit assez clairement: traitez-moi comme une grosse lourde et je me comporterai comme une très grosse très lourde. Traitez-moi comme une sensible capable de discernement (et de filouterie) et je reconnaitrai votre demande.

Puis nous avons son astuce n°2, qui est de tirer sur Poursuivre la lecture

Dylan ou le plaisir de travailler / os hyoïde

Dylan continue de progresser dans sa vision du travail.
Il y a des conditions cependant.

1/ Pas de mors.
Oh, ce n’est pas une lubie de ma part, loin de là!
a/ Sa bouche et son vécu
Tout d’abord, j’ai de quoi jouer sans mors sans avoir à y mettre Dylan aussi!
Moi qui avais acheté Dylan dans l’objectif clair d’en faire un cheval de l’Ecole de Légèreté pur sucre, que nenni.
Dylan est livré avec une bouche très petite, un palais très bas, et donc une susceptibilité à la seule présence du mors (voire son idée) assez nette – sans même parler de son vécu équestre qui lui demandait de rentrer dans un cadre très rigide trop tôt pour lui sans doute, même si cela été fait avec beaucoup d’amour.

Mais ce n’est pas tout…

b/ Ses raideurs, son os hyoïde
Poursuivre la lecture

Cours à l’Ecurie de Montauriol

Dimanche dernier, à l’Ecurie de Montauriol, tenue par Aymar de Bannières,
j’ai eu la chance de voir évoluer sous mes consignes
– Isabelle et Opulento, variations d’attitude, recherche d’un cheval plus mobile dans les épaules et plus léger à la main mais aussi transitions au galop en tentant d’obtenir les premières foulées normales et non sautées dans chaque départ… Ainsi et surtout, travail du contrat d’allure, qui permet d’être en permanence dans la descente de jambe… ce qui est aussi difficile pour Opulento que pour Isabelle, en l’occurrence!
– Séverine et Princesse, pour qui les déplacements latéraux commencent à prendre forme (épaule-en-dedans, travers et appuyer)
– Auriane et Poursuivre la lecture

Stage d’obstacle orageux

Bertrand Fonquernie nous a fait l’honneur et le plaisir, vendredi 11 mai 2018, de venir au club pour nous guider de ses connaissances en matière d’obstacle.
Dylan et Quadrille ont pu bénéficier de ses compétences et de sa pédagogie.
Quadrille a brillé par une inhabituelle émotivité, mais a pu montrer son potentiel le dimanche.

Ensuite, le climat étant facétieux, Poursuivre la lecture

Salon du cheval à Hambourg, avril 2018

L’Ecole de Légèreté a été intensément présente au salon international du cheval (Hansepferd) cette année à Hambourg.

Chaque matin, M. Karl y faisait une courte mais dense et instructive conférence. Chaque jour, même le vendredi, elle voyait se remplir les bancs et les espaces autour d’auditeurs tour à tour attentifs, enthousiastes, amusés mais toujours convaincus…
Menée en anglais par M. Karl, cette conférence était simultanément et brillamment traduite en allemand par Ilka Flegel.

Chaque début d’après-midi, une présentation pédagogique et Poursuivre la lecture

Dimanche 25 mars 2018: élèves de l’Ecole de Légèreté

Dimanche dernier, des élèves de l’Ecole de Légèreté se sont retrouvés à Equizones en Ariège pour présenter l’avancée de leur travail avec leur cheval (ou cheval attitré), selon des protocoles (assez libres) de divers niveaux.

Dans ce système en cours de test, en cours de rodage, il n’y a pas de note ni de classement.
Le protocole sert à Poursuivre la lecture