Dimanche 25 mars 2018: élèves de l’Ecole de Légèreté

Dimanche dernier, des élèves de l’Ecole de Légèreté se sont retrouvés à Equizones en Ariège pour présenter l’avancée de leur travail avec leur cheval (ou cheval attitré), selon des protocoles (assez libres) de divers niveaux.

Dans ce système en cours de test, en cours de rodage, il n’y a pas de note ni de classement.
Le protocole sert à Poursuivre la lecture

Chapeau bas, la ferme équestre le Bourdalat!

Dimanche 25 mars s’est déroulée une présentation du travail des élèves de l’Ecole de Légèreté sur une base de protocoles assez libres, de divers niveaux.
Durant cette représentation de cavaliers travaillant (depuis plus ou moins longtemps) selon les principes de l’Ecole de Légèreté, mon coeur a particulièrement été touché par les cavaliers de la ferme équestre le Bourdalat.

Je vous peins le tableau.
Quatre chevaux gris se succèdent sur le rectangle en herbe d’Equizones ce dimanche, en fin de matinée.
Poursuivre la lecture

Climat hostile et chevaux

Je me permets une réaction suite à un commentaire récent, qui n’est que le reflet de ce que je lis et entends si souvent concernant les chevaux et les couvertures.

Vous avez d’un côté les personnes qui tondent/couvrent/sursurcouvrent leurs chevaux pour leur bien à toute force tout l’hiver.

Et de l’autre ceux qui assurent qu’un cheval ça se débrouille, et que dans la nature ils n’ont pas besoin de nous.

Alors, qui a raison?

Personne bien entendu. Personne ou les deux, cela dépendra du cheval considéré.
Si vous pensez que tout cheval rêve d’être couvert, c’est faux. Si vous pensez que tout cheval n’a pas froid ou pas besoin d’aide, c’est faux aussi.
Poursuivre la lecture

Un stage avec Arlette-Christine Agassis

Durant trois jours de stage, il s’en passe des choses…
Que pourrais-je vous résumer de ce qui s’est passé?
J’ai déjà tant oublié de choses…

Il y a été question en permanence de toile de fond, de mouvements du bon sens, que vous découvrirez en participant à ses stages si cela vous intéresse.

Phénomène 1…
Nous étions divers cavaliers de divers horizons avec chacun notre besoin égocentré d’aide, forcément.
Arlette a réussi à nous mettre en communion de recherche d’amélioration pour chacun, ôtant cette barrière d’egocentrage (si… je suis monitrice, j’invente les mots qui me sont utiles si je veux!).
Que la physique quantique, c’est chouette et à considérer dans la relation au cheval.
Qu’on peut en déduire pas mal de choses rien qu’en lisant cela.
Poursuivre la lecture

Bambou et les sprays

Comme nous ne l’avons pas encore vu (pourtant précédemment), Bambou, après quelques mois de travail à pied dans son paddock sans le moindre lien physique, a accepté de reprendre contact avec sa propriétaire.
Il est donc devenu (presque) gérable en licol et longe depuis qu’il accepte sans licol ni longe d’avancer, de suivre à côté (gauche ou droit) de son meneur et de tourner vers la droite comme vers la gauche.

Comme nous l’avons brièvement vu, Bambou a tenté de sauter la porte de box chez le vétérinaire.
Sans réussir. Total des courses: il s’est entaillé (superficiellement) le ventre à rester en équilibre sur sa porte, et les grassets (éraflures et deux entailles) à se débattre pour en sortir.
Le grasset gauche a rapidement entamé une procédure de protestation en fabriquant un bel oedème.
Poursuivre la lecture

Eviter les bousculades lors du nourrissage

La première chose à faire, quand on a affaire à un effronté ou à un impatient, c’est déjà refuser que le cheval farfouille et insiste pour avoir des friandises.
Voire même lui enseigner à reculer d’un ou deux pas avant d’obtenir l’objet de sa convoitise.

Ensuite, lui enseigner le respect de la main: quand on a une friandise dans la main et qu’on présente le dos de cette main, le cheval n’a pas à y poser les dents ni la langue, ni même nous pousser la main avec ses lèvres. Poursuivre la lecture