Dahouk et les dernières défenses

Non il ne s’agit pas d’un éléphant, ne vous y méprenez pas! Mais bien d’une jument qui a deux maxi trois astuces de comportement déconcertantes et qui les ressert sans cesse, à toutes les sauces, à chaque contrariété.

Nous avons donc son astuce n°1, qui est d’ignorer la sollicitation du mouvement avant. Bon, là, si on prend garde à ne jamais renforcer l’action de jambe initiale par une action de jambe répétée puis plus forte, cela devrait disparaitre. En gros, elle dit assez clairement: traitez-moi comme une grosse lourde et je me comporterai comme une très grosse très lourde. Traitez-moi comme une sensible capable de discernement (et de filouterie) et je reconnaitrai votre demande.

Puis nous avons son astuce n°2, qui est de tirer sur Poursuivre la lecture

Le gué: travail au naturel

Ces derniers mois, le paddock du troupeau a connu quelques bouleversements.
Dont l’ajout de remblais sur de grandes superficies.
Cela a modifié la ‘topographie’ des lieux, et une zone est devenue une retenue d’eau ponctuelle à chaque grosse pluie.
Elle se situe à moins de 200m des abris, et offre une zone d’abreuvement aux chevaux (propre quand la pluie draine moins la terre alentour, et quand les chevaux n’y ont pas encore fait leurs ablutions matinales!).

En invitant les chevaux les plus courageux ou expérimentés à venir boire, cette grosse flaque devient un lieu d’apprentissage naturel pour les équidés les plus jeunes, les plus inexpérimentés ou les plus inquiets.
En effet, la soif, l’imitation, et l’habituation permettent à ceux-ci de petit-à-petit, tester le fait de mettre un sabot, puis deux, puis plus dans l’eau… sans cavalier, sans personne pour les inciter, juste leur propre envie, curiosité, soif…

Poursuivre la lecture

Viking, Altaïr et Petit To nous rendent visite

Il y a une semaine, sont arrivés par les chemins nos trois comparses: Petit Tonnerre Noir, Viking, et Altaïr.
Profitant des vacances, ils ont quelques jours délaissé leur pension chez Virginie Tournois à Equi’Relation pour retrouver leurs marques chez nous.

Ces quelques kilomètres avalés, les trois lascars ont pris leurs aises et le galop dans Poursuivre la lecture

Cody et sa dentiste Muriel Tudziarz

Cody est d’un tempérament anxieux.
Son encolure est telle qu’il la met facilement à la retourne (creuse sur la partie supérieure au lieu d’être harmonieusement bombée)…
Confier ce cheval à un professionnel en dentisterie équine n’est pas une mince affaire: il lui suffirait de lever très fort la tête dans sa peur pour blesser la personne au bras.

Comme vous le voyez, cela n’a pas été sans inquiétude.
Poursuivre la lecture

Karité progresse dans son éducation

Bien que peu travaillée du fait de…
la météo, le terrain trop souple voire glissant,
parfois mon manque de temps ou son excitation (et on la comprend, les chevaux sont de même…),
Karité, la merveilleuse vache du club, est tout de même de plus en plus facile pour se faire passer le licol.

Bien sûr, si elle est tendue, pas moyen de l’approcher assez pour Poursuivre la lecture

Dylan ou la renaissance

Il était une fois un cheval…
Un cheval de bonne famille, promis à un bel avenir,
qui n’est pas né avec la conformation idéale attendue,
qui n’est pas né avec des pieds irréprochables,
et qui n’a donc pas suivi la voie royale promise par ses ascendants et ses naisseurs.

Et ce cheval-là, je l’ai acheté. De mon plein gré. Poursuivre la lecture

Vénus et son vent de folie

La belle, la gentille, la délicate Vénus continue son apprentissage.
Ses principales étapes à franchir, outre la technique extension d’encolure primordiale pour une jument qui l’a facilement haute et creuse, outre la stabilité à la main pour une puce qui préfère vite se sortir de la main et y rebondir dessus plutôt que s’y installer confortablement (uniquement quand elle veut continuer à regarder l’environnement au lieu de se concentrer sur le travail), sont:
– se concentrer
– se concentrer durablement
– se concentrer même s’il y a des sujets de distraction mineurs (des chevaux, véhicules ou personnes qui bougent au loin)
– se concentrer même s’il y a des sujets de distraction majeurs (De ‘choses’ qui sont potentiellement inquiétantes)
– et donc cesser de sortir de la main, de foncer ventre à terre (littéralement, son garrot plonge de façon effrayante vers le sol!) la queue sur le dos, etc.

Elle a donc affronté hier matin la sono du club, en longe, et cela s’est nettement mieux passé que les fois précédentes.
J’ai bien essuyé quelques demi-tours d’une rapidité fulgurante, quelques moments ventre-à-terre, mais une fois cela réglé, la sono ne semblait plus vraiment être le problème. Cette fois, pas de transpiration de stress, pas d’impossibilité à ravoir de l’attention, etc.
Ouf, on progresse!

Je vous explique:
La fermeté nécessaire pour l’empêcher de plonger dans le cercle vicieux du stress auto-entretenu est infime pour moi à mettre en oeuvre (une vibration sur la longe quand elle est sur orbite, un toucher trèèès modéré de la chambrière quand elle pense demi-tour, etc.).
Mais cette fermeté est vécue par Vénus comme un véritable cataclysme à chaque fois. Plus délicat, plus fin, plus discret, elle n’en tient pas compte… Elle qui fonctionne avec la simple pensée d’allure n’entend plus rien, ne ressent plus rien, ne voit même pas mes gestes ou n’entend pas ma voix, pire, si elle les perçoit, cela augmente sa vitesse de fuite.
Et dès que j’arrive à l’action la plus délicate possible mais efficace, qui lui rappelle que je suis bien là et en train de m’adresser à elle vraiment, qu’il est temps qu’elle reconnecte avec la terre plutôt que de rester branchée sur son vent de panique, on dirait qu’elle quitte un film d’épouvante, elle me regarde comme si petit-à-petit j’apparaissais hors de mon déguisement d’alien, elle regarde le monde autour d’elle comme s’il était redevenu normal et qu’elle se rendait compte que ce n’est que moi et que son environnement habituel. Puis, quelques secondes d’analyse plus tard, hop, elle est superbe et bien là sur terre avec nous…

De la même façon, quand elle a trop d’énergie et de joie, elle ne sait pas non plus se tempérer. Elle monte en pression de plus en plus et finit par se faire peur toute seule…
😀

On a encore un peu de pain sur la planche avant de pouvoir aller en représentation où que ce soit 😀

Drôle de pépette, hein… Petite princesse vive…

De la prise des compléments alimentaires

La jeune Holycoeur ne peut pas être nourrie avec des céréales et granulés, dans la mesure où:
– d’une part, elle ne manque pas d’état, n’est pas limitée dans sa croissance,
– d’autre part, elle a développé il y a quelques temps une belle inflammation des cartilages de croissance sur la partie haute des quatre boulets.
Rien que ça… Et juste parce-que sa mère recevait une ration riche (enfin, riche mais pas excessive non plus) en plus de son foin à volonté.
En v’là une qui ne coûtera pas cher en aliment concentré!

Mais… le vétérinaire a suggéré du coup, au cas où le foin ne soit pas suffisant en divers minéraux et vitamines, de complémenter la pouliche en complément minéral vitaminé (cmv; non non, pas le virus non!).

Et là… ça se complique. Poursuivre la lecture