Retour de Guismo en fanfare

Mercredi, Patrick Chêne m’annonce que les soins prodigués à Guismo ne semblent plus se ‘défaire’.
Le soir-même, je reprends la route avec le van (merci Irène!) et vais chercher le beau Guismo.

Je le trouve dans son box trempé, et je découvre sa longe servant d’attache solide pour le seau d’eau. Ah, je vois… Monsieur s’est peut-être un peu agité et a peut-être un peu tout renversé… J’ai une pensée pour ceux qui vont devoir nettoyer son box alourdi par les litres de liquide répandu…
Je récupère la longe, le poney… Le poney? Non, le mini-dragon! Il m’emmène vivement, veut trotter, courir, explorer… Des heures, que dis-je, des jours de frustrations sommeillant en lui sont en train de s’exprimer d’un bloc, là!
Poursuivre la lecture

Mandarine ou le combat tranquille

Mandarine et Gulliver ont sacrément bien évolué depuis leur sauvetage chez le vétérinaire Julian Deroubaix.
En effet, ils ont repris de l’état (ça veut dire grossit) et ont trouvé une patate d’enfer!

Et pourtant, Mandarine a refait un accès fiévreux, très bien endigué par cinq jours d’antibiotiques standard.
Mais là encore, après trois jours sans souci, Mandarine a persisté à naviguer entre 37,6°C et 38,3°C Poursuivre la lecture

Pompon à mi-temps

Pompon a été mis à l’écart le temps de nous habituer à gérer les EMA et les manipulations quotidiennes de la FTM.
Tout ceci a été entrepris pour booster ses défenses immunitaires contre les diverses attaques du milieu extérieur:
– les allergisants et les agresseurs de ses poumons
– les produits toxiques ingérés qui ont précédemment détérioré sa locomotion

Nous sommes à peu près Poursuivre la lecture

Mandarine et Gulliver: quelques soucis

Mandarine a refait un épisode fiévreux la semaine dernière, avec respiration nettement accélérée.
Elle a donc subi 5 jours d’antibiotiques en IM (Intra-Musculaire) strict (danger si le produit part dans le sang).

Le traitement est arrêté depuis mardi soir et tout va bien on dirait, mais on suit ça avec attention…

Quant à Gulliver, à force de cavaler comme un forcené autour des paddocks, sur les buttes, dans les contre-hauts, etc. il a fini par se faire mal à une jambe de devant (antérieur pour les érudits) et boite clairement.
Sa mère et lui sont donc confinés malgré eux dans un couloir pour imposer un peu de retenue au fougueux poulain!
Ils verront tous deux Pascal Vespertini, le praticien shia-tsu, puisqu’il vient ce lundi.

Bambou ou la fin des soins

A ce jour, Bambou a une jolie oreille toute neuve, et ses bobos aux jambes sont résorbés (oedèmes, plaies, etc.)

Il sait donc presque tenir sage à l’attache, même quand des chevaux s’en vont de l’étable (bon, il n’est pas un sur-cheval non plus, mais il est gérable), il sait accepter le bruit du pschitt-pschitt, et ne s’assomme pas trop aux poutres quand il s’angoisse momentanément.

Dernière blague: Poursuivre la lecture

Bambou et les sprays

Comme nous ne l’avons pas encore vu (pourtant précédemment), Bambou, après quelques mois de travail à pied dans son paddock sans le moindre lien physique, a accepté de reprendre contact avec sa propriétaire.
Il est donc devenu (presque) gérable en licol et longe depuis qu’il accepte sans licol ni longe d’avancer, de suivre à côté (gauche ou droit) de son meneur et de tourner vers la droite comme vers la gauche.

Comme nous l’avons brièvement vu, Bambou a tenté de sauter la porte de box chez le vétérinaire.
Sans réussir. Total des courses: il s’est entaillé (superficiellement) le ventre à rester en équilibre sur sa porte, et les grassets (éraflures et deux entailles) à se débattre pour en sortir.
Le grasset gauche a rapidement entamé une procédure de protestation en fabriquant un bel oedème.
Poursuivre la lecture