Le Bel Ange Gris et la Reine Mère

Les nouvelles sont tombées il y a une dizaine de jours.

Aux radios, prises et analysées avec finesse (et ironie) par Julian Deroubaix, notre vétérinaire de coeur, il n’y a plus trace des fêlures de Sendre. Le véto n’en a pas trouvé le moindre signe. Indécelable.

C’est à ce moment-là que ma gratitude infinie va tour-à-tour à Patrick Chêne, Pascal Vespertini (diapason spécial) et Séverine Deretz. Ils ont, chacun à un ou plusieurs moments, selon leur disponibilité, posé leurs mains, leur voix, leur attention, leur diapason et/ou toute leur énergie sur notre Bel Ange Gris. Et ils ont fait ce miracle.

M. Deroubaix confirme qu’il n’y aura aucune séquelle. Du tout. Woooow !

Alors ce matin, je suis allée chercher Sendre. Et Eclipse, alias la Reine Mère. Je les ai pansés, j’ai harnaché Sendre, et nous sommes partis sur les routes et les chemins, Eclipse en dextre.

Et comme je pouvais m’y attendre, rien n’a changé. Rien de rien. Sendre a été d’une douceur et d’une attention incroyable. Eclipse a été à sa juste place, à son juste pas, dans son juste rôle. J’ai retrouvé ce bonheur infini, incommensurable, d’être en compagnie de mes deux bijoux, de mes deux moteurs de vie, de ces chevaux extraordinaires, fiables, exemplaires (enfin, dans l’ensemble), toujours si précisément à l’écoute et connectés.

Et puis j’ai osé un trot, tout étant trop parfait … Et ils m’ont offert un trot sublime, idéal, si docilement et gentiment. Exulter de joie. Plus tard, après avoir traversé quelques lieux divers, je leur ai redemandé le trot. Si sages … alors en visualisant bien une allure calme, un super contrôle, de la lenteur, de la tempérance, j’ai demandé le galop.

Il y a eu comme un flottement. J’allais réitérer ma demande à la voix quand j’ai vu l’oeil d’Eclipse s’allumer d’un coup, comme si le moment rêvé arrivait enfin … J’ai eu le temps de penser ‘oh punaise … ‘ et c’est parti ! d’une gaieté … d’une folie intérieure incroyable … d’une énergie …

Eclipse a bondi avec les antérieurs à 10h10 et l’encolure à la Loréal.

Sendre s’est propulsé d’un bond vers le ciel, tête entre les antérieurs.

Deux, trois, quatre foulées de folie … Leur joie m’a tellement envahie que j’ai ri de leur enthousiasme. Mais bon, je ne suis pas voltigeuse, alors j’ai quand même mis le holà. Sauf qu’ils n’avaient pas la moindre envie de se calmer alors ils m’ont offert un trot en compromis, un trot de malade, un trot démentiel, un trot qui avale les distances sans toucher le sol. Au botte-à-botte, comme des fous, joyeux en diable, sans jamais me tirer ni les rênes ni la longe.

Je me suis surprise à hurler ‘Vous êtes géniaux, vous êtes géniaux, vous êtes fantastiques, vous êtes des merveilles ! ‘ comme une gosse.  Après quoi, un peu étonnée de moi-même, essuyant mes larmes de joie, j’ai longuement scruté les alentours pour voir qui aurait pu me surprendre même au loin à ce genre d’égarement. Faut pas pousser hein, j’ai une réputation à tenir tout de même …

Puis bon, Eclipse ayant quand même une plus grande foulée que Sendre, et une énergie plus durable et plus puissante, elle a fini par déborder, toute à sa joie de pouvoir se donner à fond, et il m’a fallu mettre le holà à cette hystérie en rang serré … à contre-coeur …

Le retour a été tout au pas, un poil délicat, les loulous se chauffant à peine de temps en temps, mais vraiment, si faciles à gérer …

Sur les photos suivantes (pas très belles, mais bon voilà) vous pouvez constater qu’ils n’ont même pas transpiré (le premier qui dit qu’ils sont bien portants … tsss ) :

Merci la vie … Merci les soigneurs …

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.