Holycoeur, ou la promesse d’une jument en or …

Holycoeur de Clary est née au poney club deux ans plus tôt. Elle a hérité de son père une robe pie-baie bien marquée, et de sa mère une taille imposante. La voici lors de ses toutes premières semaines de vie :

La demoiselle est à présent immense, et son regard n’a pas grand-chose du regard des poulains de son âge. Il dénote une maturité surprenante.

Cela ne l’empêche pas d’avoir régulièrement des comportements propres à son très jeune âge, certes, mais elle ne se résume pas à ça.

Par ailleurs, elle a reçu une éducation assez poussée (et heureusement, vu le gabarit de la jeunette), et elle a une bonne notion naturelle et acquise de son corps, ainsi que de notre logique. Sa propriétaire y a veillé, et a savamment oeuvré en ce sens, que ce soit quand pouliche et jument vivaient au club, ou encore maintenant, chez elles.

Elle sait marcher à notre niveau sans nous envahir, s’arrêter droit ou en désengageant les postérieurs, elle sait mobiliser ses épaules à l’arrêt comme au pas, elle sait se mettre au diapason avec notre énergie, elle passe des difficultés sans sourciller ou presque (bâche, rideau plastique, matelas, … ), elle sait attendre devant sa gamelle durant le service, etc.

Hé bien même si tout ça, et bien plus encore, cette élégante et habile toute jeune jument a aussi en elle un petit carafon bien trempé. De telle sorte que même si elle reste à distance lors de la distribution des gamelles, elle n’hésiterait pas une seconde à évincer l’humain s’il manquait d’assurance. Ou que si on lui demande de prendre le trot à nos côtés en main, elle n’hésite pas une seconde à exploser en tout sens si la personne qui l’accompagne semble douter, etc.

Bref, toute éduquée, savante et de bonne volonté qu’elle soit, elle ne tolère pas que les choses (nos demandes) se contentent d’être dites, elle a besoin qu’on les affirme et qu’on soit imperturbable, elle a besoin qu’on ne lui laisse avoir aucune hésitation une fois qu’elle a compris.

Pas très facile, quand la pouliche fait déjà 1m92.753cm au garrot, utilise sa puissance et ses connaissances pour proposer toute autre chose que la réponse qu’elle avait pourtant si bien accepté de donner, etc.

Le dernier cours a donc été … intéressant et un peu mouvementé 😀

Holycoeur a à apprendre comment faire face à son meneur à chaque fois que l’excitation la prend (oui parce-que bon, c’est un bébé quand même, hein 🙂 ). Et ce, quelle que soit la position de la longe à ce moment (oui car elle pivote facilement aussi) : du bon côté, sur son encolure, sur sa nuque, entre ses jambes, sur son dos, sur sa croupe, derrière ses postérieurs, etc.

Oups, sportive, la séance 😀 Il y a eu plusieurs paliers.

En 1/ se trouver face à une pouliche debout après quelques foulées de trot pourtant agréablement offertes de sa part, se faire treuiller, trimballer, cramer les mains, etc. Et lâcher pitoyablement.

En 2/ lui sortir de l’idée qu’en bourrinant on peut arracher la longe à tous les coups. Avec une longe longue et un rond de longe, ça permet assez vite de les faire douter, leur ôter l’assurance, la croyance qu’ils peuvent (ou doivent, car ils peuvent juste avoir mal compris) tout exploser en allant fort.

En 2bis/ lui inculquer l’idée que quand la longe se tend même au trot, même au galop, c’est tout aussi bien de céder à sa pression plutôt que de s’y jeter contre. Voire mieux. Récompenser beaucoup.

En 3/ la trouver trop futée, trop belle, trop agile et trop merveilleuse. Et boire plein de verres d’eau … si, c’était un chouillas sportif (même si y’a pire, certes).

Et admirer le joli couple évoluer même au trot, ensemble enfin sereinement, chacune comprenant mieux les attentes et possibilités de l’autre; chacune étant à l’écoute de l’autre.

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.