Nos oiseaux sauvages

[Ci-inclus dans cet article les dernières mises à jour du 14 juin 2019]

La couvée de trois Rouge-Queue qui s’était envolée s’était dispersée et nous les avons rarement vus ensemble, ils sont restés chacun d’un côté de notre bâtiment. Ce qui est sûr, c’est qu’il y en a au moins un qui a survécu, celui qui était du côté des boules de foin. Un des parents semble désormais se mettre de nouveau à couver, depuis hier ou avant-hier, et derechef dans le nid des Hirondelles (côté nord de l’étable).

[Edit 14/06/2019 : les trois jeunes ont été vus ce soir en train de jouer à cache-cache entre eux, entre les boules de foin extérieures et les palettes ! ]

La couvée de trois Hirondelles qui s’était envolée est toujours visible matin et soir dans l’écurie. Ils dorment à cinq sur la grosse tige métallique qui traverse l’écurie. Parfois même à sept, on suppose qu’ils font soirée pyjama avec des copains …

Le 3 ou 4 juin, une nichée d’Hirondelles de l’étable (face à la porte du club-house) a éclos. Nous sommes sûrs qu’il y a au moins trois bébés : nous comptons ce nombre-là de becs grands ouverts lors des becquées. A ce jour ils grandissent bien. Ils devraient s’envoler vers le 25 juin.

[Edit 14/06/2019 : ils sont cinq !!! ]

Hier matin, j’ai de nouveau trouvé une coquille vide, minuscule et tâchetée de brun : oeuf d’Hirondelle !! Donc il est probable que la nichée située face aux selles de l’étable ait éclos. Ce qui nous ferait un envol vers le 2 juillet. Je n’ai aucune idée du nombre de bébés de ce nid.

Il reste encore la nichée (cinq oeufs ! ) du dessus de porte du club house à éclore (enfin, je ne sais qui de ce nid ou de l’autre a été rempli d’oeufs le premier à vrai dire, mais il m’a semblé que l’autre était couvé plus tôt).

[Edit 14/06/2019 : ben … il y avait une coquille au sol ce matin, et ce nid-là connait la même activité que les autres, c’est-à-dire que les parents couvent et nourrissent ! ]

Cette année est riche en petits oiseaux, cela fait du bien, même si l’on sait que ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux extinctions massives planétaires. Les discussions entre les Hirondelles sont riches et fascinantes, les brefs cris des Rouge-Queue sont rassurants, les cris d’alerte contre Chouette sont assourdissants … surtout quand elle se fait prendre en chasse par un vol d’Hirondelles furieuses … Pauvre minette !

Vivement l’envol des bébés Hirondelles en herbe !

Quant aux trois pigeons familiers du club (le noir, le roux et le tacheté), depuis dimanche, il nous manque le noir. Espérons qu’il ne lui soit rien arrivé de fâcheux. Les deux autres sont bien moins courageux et moins aguerris pour demander quelques graines, même s’ils ont été à bonne école.

 

 

 

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.