Les boules : quand ça veut pas, ça veut pas …

Après avoir réceptionné 140 magnifiques boules de foin, nous avons eu la mauvaise surprise de découvrir qu’une certaine quantité a commencé à chauffer.

Dimanche nous avons alors sorti les trois hauteurs de foin du hangar. Pour les observer boule par boule. Bien sûr, la pluie était prévue pour mardi soir. Le dimanche soir à la nuit tombante, je note que des fissures dans la fourche du tracteur apparaissent fortement. Elles devaient y être depuis longtemps, mais là, elles grandissent terriblement. Dès lundi à l’aube, Didier est là pour souder. Le travail reprend. Commencer à ranger les boules indemnes, finir de sortir les dernières pas encore explorées. Il y a du foin partout.

Avec dépit, nous constatons qu’une bonne trentaine de boules ont chauffé et chauffent encore, le foin commence à être ou poussiéreux, ou gluant. Je vais en dérouler deux pour comprendre ce qu’il se passe là-dedans. Ce n’est pas glorieux. Sur la boule ayant à peine chauffé, le foin est déjà plaqué, serré, et émet soit des poussières blanches, soit des jaunes (si si). A trop d’endroits, sur trop de zones. Impossible de risquer les poumons de mes chevaux en donnant cela 🙁

L’agriculteur est tout aussi dépité que nous. Son intégrité fait qu’il refuse que le foin aille à d’autres acquéreurs potentiels. Le foin perdu sera utilisé pour ‘repailler’ le sol de certaines zones de paddocks que nous pouvons condamner un moment, il créera de l’humus et redonnera un peu de vie à cette terre trop abîmée.

Avant la pluie, le foin pour les chevaux et celui qu’on pourra donner aux vaches (un peu fermenté mais non moisi) est mis à l’abri. Mais la fourche du tracteur se refend de nouveau, il manque encore une dizaine de boules à mener dans le paddock pour enrichir le sol, elles trônent en vrac devant la carrière, elles vont enrichir le chemin qui, lui, n’a pas du tout du tout besoin de ça, je suis au bout de ma vie … (mais je m’en remettrai ! 😀 )

Le boules stockées sous le tunnel y resteront, nous n’avons plus d’énergie ni de temps pour nous en occuper, et la fourche du tracteur est out of service. Voilàààà. Quand ça veut pas …

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.