Météo glaciale

Il a plu toute la journée de lundi, un petit peu, rien de bien méchant, avec des températures basses.
Et pourtant, les chevaux n’ont PAS eu froid. Non non.
Le soir, ils ne marquaient toujours aucun signe de froid, à peine un peu frais pour certains, et encore…

Parfait, de bons loulous bien dans leurs sabots, résistant mieux d’année en année.
Sans doute que les dalles leur permettant d’être sur du dur, les abris les coupant du vent quand ils ne mangent plus y font quand même un peu. Tout cet investissement en temps, en argent, en travail de chacun a bien été utile.

Les râteliers ont été lourdement chargés en foin, afin qu’il n’y ait aucun risque de pénurie ne serait-ce que ponctuelle avant notre arrivée mardi matin.

Mardi, quand nous arrivons plutôt sereins au club, nous trouvons que les chevaux ne mangent pas (même les goulus) et que tout le monde tente de s’abriter du vent, qui derrière un tunnel, un râtelier, une cloison d’abri… Les queues sont plaquées, les mentons trop plats, l’attitude de l’encolure trop rigide.
Alerte! Alerte!

La chasse au poney congelé est lancée. Je rentre Eclipse et Sendre selon le rituel matinal et leur queue est rentrée. Eclipse??? La queue plaquée? Oh punaise, alors ça doit être terrible pour les autres!!! D’ailleurs, il est vrai que TicTac ne mange pas et a l’air crispée… TicTac? Ne mange pas? A froid elle aussi? Oh double punaise!

Il est évident que les poneys n’ont pas séché, peut-être a-t-il pleuvioté encore cette nuit? Le sous-poil est sec, mais voilà presque 36h qu’ils subissent le crachin, et les températures sont très basses, la neige est là. Et ce petit vent presque imperceptible a dû achever le peu d’énergie qu’il leur restait pour la chaleur corporelle.
Cela ne fait pas longtemps qu’ils ont vraiment froid, mais combien qu’ils ont frais?

Je sors toutes les couvertures séchantes que j’ai à portée de main (dans l’après-midi, je suis retournée en acheter, on a quelques jours difficiles à venir, peut-être que ce ne sera pas de trop, ces petites polaires, en urgence ou pour mettre sous les imperméables).
Dandy Girl de Clary est ingérable de stress et de tremblements.
Je la fais trotter pour la réchauffer mais cela ne suffit pas. Aussitôt dans l’étable elle se jette au sol pour se rouler comme une furie.
Arob@se, au paddock, devient folle en voyant Dandy sortir du parc, sa réaction excessive me fait penser qu’elle est congelée elle aussi. Je la sors en suivant, et en effet, elle est tout aussi tremblante.
Leur disparition met à son tour Youpi dans tous ses états. Cet excès me fait penser qu’elle aussi blablabla. Je pars la chercher tandis que Dandy Girl a déjà très chaud sous la séchante.
Youpi, malgré une couverture déjà en place, grelotte terriblement. La polaire a vite raison de cette crise.
On fait de l’eau non-froide pour les abreuver (pas tiède non plus sinon ils refusent de boire) afin de ne pas abaisser trop leur température corporelle.
On réchauffe, on fait boire, on s’assure que les tremblements sont une histoire passée et on met sous couverture puis et on remet tout le monde dehors. Seule Youpi s’est remise à trembler après avoir bu cette eau non-froide. On la garde plus longtemps dedans. Elle boira de nouveau et sans trembler. Hop, zou, dehors.

Les autres, on les couvre sans soin particulier.
Et comme aux tremblants, on leur sert de l’eau non-froide en grosses poubelles (un seau d’eau bouillante pour le reste d’eau glacée).
Sisco, fait assez rare, tremble comme une feuille, Cody comme une feuille par tempête.
Cody, avec le stress du froid qui le met sous pression, est particulièrement difficile à approcher avec une couverture, et cette fois, zou, au boulot, jusqu’à avoir franchi un cap dans son acceptation.

Aujourd’hui, et tant qu’ils ont si froid, on ne va pas les obliger à faire des kilomètres dans la boue pour aller boire de l’eau glaciale.
Aujourd’hui, et tant qu’ils ont si froid, on ne va pas leur couper le foin du tout.

Demain, dans l’après-midi, un bon vent est prévu. Possible qu’il faille alors agir pour réchauffer les loulous voire leur mettre une couche de plus…

Et bien entendu, peu importe ce qu’il se passe, les jours à venir ne doivent pas nous inciter à laisser les loulous sous couverture s’il n’y a ni vent ni pluie.

Le cas de Polisson, tout dépilé aux épaules d’avoir gardé sa couverture trop longtemps et sans contrôle, nous le rappelle vivement.
J’ai donc investi dans une nouvelle couverture, taillée différemment (ce qui n’est pas un mal, soi-dit en passant; et elle lui va très bien on dirait) pour que cela frotte ailleurs,
et aussi dans une protection d’épaules puisque désormais il y est fragilisé…
Ils ne sont pas faits pour rester couverts longuement, sans quoi ils ne savent plus se débrouiller sans couverture, et seront sans défense lors de froids plus conséquents…
Par ailleurs, notre confort ne doit pas primer sur le leur, notre bonheur de les savoir au chaud (enfin, au moins froid) ne prévaut pas leurs besoins réels…
C’est-à-dire poil pouvant se soulever pour faire office d’isolant, grattages, roulades, jeux avec contact direct, liberté de mouvement, etc. Bon, s’ils ont vraiment froid, ok, mais pour savoir s’ils ont froid, il faut les y confronter…
Bon, sinon, il y a encore la possibilité de les mettre dans le salon et de les ressortir au printemps… 😀
(alors dans ce cas, je vote pour qu’ils aillent chez Pauline et son plancher chauffant!)
(non, j’ai pas dit ça, écartez immédiatement les enfants de l’écran!)

Enfin, une chose est sûre, c’est que pour les jours qui viennent, il seront contents d’être découverts quelques heures! Voire plus, au cas par cas… Avec un bon massage… 🙂
Et qu’ils seront contents tout autant voire plus d’être abrités du vent!

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.