Tirelire nous a enfin rejoints

Il est là!!!      Il est là!!!      Il est là!!!              :rainbow:  :rainbow:   :rainbow:

Il est trop trop mignon! Si, vraiment… [edit: le premier qui trouve ses yeux gagne un yoyo en bois du Japon!]

Il respire la douceur et la délicatesse!  [edit: et la fainéantise]

Il est là!!!      Il est là!!!      Il est là!!!             :rainbow:  :rainbow:   :rainbow:

005 009

On a un cochon-euh!

On a un cochon-euh!

Ses photos se rajouteront petit à petit .

Sur ce site, nous pouvons découvrir les traits principaux des cochons.

En matière de relation sociale, et donc d’éducation, il y a plusieurs points à connaître.
En tout premier lieu, le sens de la hiérarchie est très fort chez les cochons.
Donc nous ne devons pas contourner un cochon qui barre la route ni l’enjamber, mais obtenir qu’il se pousse.
Cela peut paraître ignoble a priori, mais cela a un sens très fort pour les cochons.
Et hors repas, aucune friandise ne peut lui être distribuée sans qu’il l’ait obtenue par un exercice clair, comme venir, s’asseoir, etc.
Les bébés naissent avec des dents et se battent dès la naissance pour l’accès à la meilleure mamelle puis pour la conserver, obtenir de la nourriture sans ‘effort’ a donc une signification hiérarchique plus forte que dans toute autre espèce!
Sont toxiques: croquettes à chat ou chien, aliments pour poules, sel et chocolat. Préférer un grain de maïs.
En deuxième lieu, les punitions ne marchent pas.
Punir un cochon le met en colère et lui fait oublier le pourquoi de la punition! Il faut lui dire « non » clairement et lui montrer qu’il y a beaucoup plus intéressant que la bêtise qu’il veut faire. Cela est plus long que punir, mais au moins, on finit par avoir un résultat au lieu d’un conflit, et d’une perte de communication. Il apprendra en entendant « non » qu’il doit faire un truc mieux que l’activité entamée.
En troisième lieu, toute trahison envers lui (l’attraper au lieu de lui demander de venir, le punir…) le rend méfiant et donne beaucoup plus de travail après pour obtenir sa coopération. Donc, ne pas trahir.
En quatrième lieu, les cochons adorent les grattouilles sur le ventre et les oreilles (mais là tout de suite, Tirelire étant blessé aux oreilles, non, il n’aime pas du tout les câlins aux oreilles).

Désormais, le fait de venir au poney club implique de savoir se comporter avec les chats, les chiens, les chevaux, les moutons… mais aussi les cochons.

Il y a plusieurs façons de voir les choses:
1/ « Rhô, c’est nul, moi je viens pour les chevaux pas pour les cochons, j’en ai rien à faire du chorizo sur pied! »
2/ « Ouh… ça m’inquiète un peu, les cochons, ça me fait peur »
3/ « Génial j’adore! »
4/ « Moi j’en ai rien à faire »

Et les variantes.

Les relations avec les animaux, l’obligation de s’adapter à tel ou tel comportement, être ferme et intransigeant avec Untel, doux avec Trucmuche et patient avec Duchmol, font partie intégrante de notre poney club.
Savoir être très efficace sans être méchant, doux sans être mené remet en bonne place le sens du positionnement social.
Dissocier la méchanceté de la fermeté, la douceur de l’inefficacité, la gentillesse de la soumission…
Percevoir, comprendre ce que l’Autre interprète de nous et se comporter de façon à être compris, respecté, accepté par l’Autre…
Tout ceci crée une façon de penser, une sorte d’intelligence par rapport à l’Autre…
Savoir décrypter l’Autre, être tolérant envers ses dysfonctions, accepter d’agir différemment pour en être compris sans heurts, accepter d’être ferme, de tenir tête tranquillement, réagir vite, s’adapter en permanence…
… tout ceci ne sera sans doute pas inutile dans la vie des enfants avec leurs pairs…

Bon, maintenant, si Tirelire ne reste pour vous qu’un jambon sur pattes, ne faites donc pas votre tête de cochon! vous pourriez même être copain comme cochon avec lui!

Vous aimez ? Partagez !

7 pensées à propos de “Tirelire nous a enfin rejoints

  1. C’est quoi le prochain? Un lama, une vache? les paris sont ouverts!!!! :dance:

    Et il vient d’où Tirelire? Quelle est son histoire?
    En tout cas je trouve ça génial, et surement très formateur pour les enfants :yes:

    1. Tirelire vient des Ecuries Caroline Pinel E.C.P. (actuellement aux Pujols mais elles déménagent).

      Il a appartenu à des particuliers sur sa première année de vie. Ils avaient un cheval. Donc Tirelire connait depuis toujours les chevaux, les clôtures électriques, etc. A l’achat d’un deuxième cheval, cela s’est gâté pour Tirelire, l’un des chevaux est devenu agressif envers lui.
      Alors Tirelire a été adopté aux E.C.P. il y a quatre ou cinq ans. Celles-ci vont déménager, et ce nouveau lieu n’est pas adapté à Tirelire.

      Lorsque M. Deroubaix, notre vétérinaire et vétérinaire chez E.C.P. nous a parlé de Tirelire, cochon plutôt placide, non fouisseur, aimant être pansé par les enfants et mangeant foin et granulés… nous avons accepté de l’adopter à notre tour sans hésiter!

    1. Non, pas du tout! Il est nain, adulte, court sur pattes, un peu long, le ventre un peu bas, et on n’a pas encore trouvé ses yeux sous les replis de peau. Mais il n’est pas énooorme. Demandez à Obélix s’il est un peu enveloppé… mais j’en doute!
      🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.