Galop ou Degré?

Les plus vénérables d’entre nous se souviennent de la disparition, il y a quelques années des Degrés et autres Etriers au profit des Galops que nous connaissons aujourd’hui. Eh bien, les Degrés semblent avoir attendu leur heure et refont surface en 2008! Les têtes pensantes de la FFE auraient-ils abusé du foin de Crau? Que nenni, non point: ces nouveaux diplômes fédéraux viennent complémenter le système actuel des Galops et entrent en vigueur dès tout de suite.

« Alors, on passe quoi? Galop ou Degré? C’est lequel le mieux? »

Tout d’abord, les Degrés ne concernent que les titulaires du Galop 4. Donc les têtes blondes du club ont encore du pain sur la planche avant de se poser des questions existentielles sur leurs examens.

Pour ceux qui possèdent un Galop 4 fièrement encadré au-dessus de leur lit, deux options (voire trois pour les plus accros):

  • Passer son Galop 5 (puis 6, 7, 8, 9… comme auparavant). Le système ne change pas: les examens se passent dans votre club; votre moniteur ou un moniteur extérieur vous examine et vérifie que vous maîtrisez les notions du programme actuel sur le bout des sabots doigts.
  • Passer son Degré 1 (puis 2 et 3). Vous prenez votre petite automobile et vous vous rendez à la session d’examen organisée par le Comité Régional d’Equitation. Là, un jury vous examine sur un parcours comprenant du dressage (avec des transitions, des allures imposées, des figures de manège, etc.), de l’obstacle et un petit tour en extérieur. (Tiens, ça me rappelle un Galop, non?)
  • Passer les deux, histoire d’avoir plus de cadres à accrocher au dessus de son lit.

« C’est bien beau tout ça mais on ne voit pas bien en quoi les Degrés sont intéressant par rapport au Galops! »

Il faudra encore jeter un oeil plus inquisiteur dans le nouveau règlement de la FFE et laisser le temps aux Degrés de trouver leur place mais, on peut d’ores et déjà préciser que:

  • L’examen des Degrés étant sanctionné par un jury extérieur au club, ils auront peut-être une valeur plus ‘officielle’, plus ‘fédérale’. A noter, cependant, que si certains moniteurs ne négligeaient pas certaines parties du programme des Galops (je pense, notamment, à la théorie) au profit de la pratique à tout crin, les Degrés n’auraient pas à palier ce manque de connaissances.
  • Les Degrés sont censés s’adresser surtout aux cavaliers propriétaires et visent à parfaire et valider leur autonomie. Objectifs intéressants mais, là encore, si certains moniteurs ne privilégiaient pas la carrière et les reprises ‘à-la-queue-leu-leu’, les Degrés n’auraient sans doute pas leur raison d’être. Le jour où les clubs ambitionneront de former des Hommes de cheval plutôt que des utilisateurs… (et ce n’est pas incompatible, bien au contraire, avec la compétition, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis, hein!)
  • Les Degrés sont ‘modulables’, on peut s’y inscrire pour tout ou partie. Cette formule est intéressante pour ceux, je pense notamment aux adultes, qui n’ont pas forcément le temps ou les moyens de réviser la théorie ou de pratiquer suffisamment intensément pour se présenter à un examen ‘global’ du type Galop. Reste à savoir si, dans la pratique, l’organisation des sessions de Degré permettra de présenter ces examens ‘à la carte’.
  • La FFE souhaite que le Degré 2 (accessible à partir du Galop 7) soit pris en compte pour les cavaliers souhaitant entrer en formation au BPJEPS (ex-BEES1, c’est à dire le ‘monitorat’)… Quid de ceux qui n’auront pas ce Degré 2? Seront-ils pénalisés? Et si un Galop minimum est indispensable pour se présenter à un Degré, pourquoi ne pas se contenter d’adapter, de modifier le passage des Galops?
  • Avec un peu de cynisme, on peut même dire que « c’est tout bénéf' »: les clubs vont pouvoir mettre en place des stages de Galop et des stages de Degré… portant sur pratiquement le même programme! C’est bon pour le tiroir-caisse, moins bon pour le porte-monnaie 😀

Dans tous les cas, le système va se mettre en place dans le courant de l’année. Nous aurons plus d’infos lorsque les premières sessions seront organisées et que l’usage aura décanté tout cela. A suivre, donc.

N.B: Les propos tenus dans ce billet n’engagent que son auteur et ne sont pas forcément le reflet des opinions de Ghislaine.

Vous aimez ? Partagez !

6 pensées à propos de “Galop ou Degré?

  1. oui mais alors, c’est qui le plus fort? celui qui a passé son savoir d’équifeel 2e degré galopant ou le completiste propriétaire funement équin? Hein, c’est qui?
    en tout cas, j’en connais qui vont pouvoir s’acheter un deuxième château -ou du moins finir de payer le premier!
    et après on parle de démocratisation de l’équitation. HA! HA! HA! JE ME MARRE :mrgreen:

  2. moi je dis que c’est bien que les degrés reviennent je n’ai pas encore mon galop 4 mais je pense que quand je l’aurai je passerai un degré ça me servirait pas à grand chose mais je pourrai montrer mes performances. Mais si je devais voter DEGRE ou GALOP j’aurais quand même voté pour les GALOPS. !!!

  3. mais mon père a son troisième degrés mais il a passé il y a très longtemps il a passé il y a assez longtemps donc je me demande si ce sont les anciens diplômes qui s’appellent maintenant les galop ou si ce sont les degrés d’en ce moment.

  4. Les ‘degrés’ de votre papa, ancienne appellation des ‘galops’, ne sont soit-disant pas le mêmes que ceux proposés par la FFE à l’heure actuelle.
    Les ‘degrés’ actuels ne sont qu’un examen équivalent ou à peine un peu plus complets que les ‘galops’, c’est juste le jury qui ne sera pas le même.
    Mais autant dire que c’est bonnet blanc et blanc bonnet…

  5. Mon cas est aussi un cas à part: j’ai eu mon 2ème degré quand javais 15 ans; depuis 30 ans ont passé sans monter. Depuis un an, je repratique. Que vaut mon ancien diplôme, vu que je n’ai aucun galop !!??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.