Recrudescence de piroplasmose

Il y a quelques jours, Bernard me contacte à propos de Valiente, qui est très abattu et présente une forte fièvre, avec un transit ralenti : il n’arrivait pas à joindre le vétérinaire et s’inquiétait.

Le vétérinaire, M. Deroubaix, qui était sur d’autres urgences similaires, finit par arriver et traite immédiatement pour une piroplasmose. Le cheval réagit brièvement un peu fort puis s’apaise et les symptômes disparaissent.

M. Deroubaix passant par le club pour des vaccins lundi dernier, nous en discutons et il m’apprend que le samedi, il a enchaîné les chevaux à piroplasmose. Voilà. Vous avez l’information.

Je vois deux possibilités : soit les chevaux font une rechute parce-que leur système immunitaire est affaibli par les variations climatiques. Soit les tiques porteuses sont actives avec le retour de la chaleur, l’humidité, et l’absence de gel jusqu’ici pour en éradiquer une bonne partie. Le vétérinaire penchait pour la deuxième option.

Vous aimez ? Partagez !
  • 1
    Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.