Charivari au poney club

Hier soir, un ruban bas de la clôture du club s’est rompue (poney qui s’est roulé trop près des rubans ou pied passé accidentellement – par exemple lors d’une échauffourée entre deux individus poilus et sabotés).
Bon, cela arrive.

En fait, en ramenant Cody dans son parc, je vois… Pirate et Polisson sur le PTV. Mince! Et personne ne semble les avoir oubliés là…
Adieu retour précoce à la maison… 🙁
Je coupe le courant et monte voir ce qu’il en est.
Je rentre les deux zigotos dans leur parc par la porte du PTV.
Et là je découvre ce ruban bas arraché et trainé dans le parc (d’où ma déduction du scénario).
Je tente de faire un noeud provisoire, pas moyen, pas assez de longueur.
Je retourne au club house, le temps de trouver du ruban, un tournevis et une pince, les poneys sus-cités sont retournés dehors, emmenant cette fois les autres chevaux avec eux (que j’avais pourtant pris soin d’éloigner des lieux, mais visiblement pas assez clairement ni assez loin).

Je ne sais que prioriser: réparer puis les rentrer, ou les rentrer et batailler pour qu’ils restent dedans?
Le temps de réfléchir comment les contourner et les rabattre, ils sont partis plein galop (merci Arob@se, Qavale et Opium!).
Le sol était trop mou, ou les chevaux trop lourds, je ne sais pas trop qui est en tort, mais c’est un petit carnage.
Capter Sendre, l’enfermer dans un couloir pour qu’il ne participe pas plus longtemps à cette débandade.
Courir chercher des rubans en plus pour refermer derrière eux au fur et à mesure et les canaliser petit-à-petit vers la porte du PTV…
Rabattre les loulous, et regretter amèrement d’avoir isolé Sendre devenu furieux et hystérique, choisir entre le troupeau-PTV et lui…
Les enfermer tous, les chasser loin dans leur paddock, et enfin, réparer la clôture.

Donc, j’ai compris cette dernière leçon, c’est bon, vous pouvez aller galoper avec vos chevaux dans le PTV et finir de défoncer le terrain, il n’y a plus rien à perdre, je ne dirai plus rien, après 8 ans à protéger ce lieu, dont un an à le garder sous cloche après l’avoir fait refaire, je capitule. Libre d’accès tous temps.
Profitez bien 🙂

Euh… au cas où vous manquiez d’expérience, une fois que notre terre argileuse aura séché avec tous ces trous et bosses créés par les impacts des sabots (merci les loulous de n’avoir pas attendu en vous contentant de brouter), cela sera autant de risques de:
– entorse
– entorse avec arrachement osseux
– claquage musculaire
– fêlure
– fracture
– déboitement de l’épaule
– vrille du bassin
– trébuchements et chutes
etc.

En effet, le cheval ne connaitra pas le terrain par coeur, ne sera pas libre de choisir où il pose ses pieds, ne pourra pas anticiper sur vos changements de direction, et forcément, ses posers finiront par mal se placer, ses tourners seront bloqués en sabot par les creux de terre, etc.

Mais il pourra aussi se produire rien du tout de catastrophique si vous avez un cheval solide et, il faut le dire, de la chance 😀

Sinon on peut aussi le transformer en paddock, perdu pour perdu…

Vous aimez ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.