Cody et sa dentiste Muriel Tudziarz

Cody est d’un tempérament anxieux.
Son encolure est telle qu’il la met facilement à la retourne (creuse sur la partie supérieure au lieu d’être harmonieusement bombée)…
Confier ce cheval à un professionnel en dentisterie équine n’est pas une mince affaire: il lui suffirait de lever très fort la tête dans sa peur pour blesser la personne au bras.

Comme vous le voyez, cela n’a pas été sans inquiétude.
Poursuivre la lecture

Hiel Law apprend à mieux se comporter avec son humaine

Poulain crème né à la Ferme de Saint Ygnan, Hiel Law, environ un an, s’est trouvé une propriétaire.

Fait n°1: ce poulain (pas encore éduqué) s’est blessé à l’épaule et a dû subir l’enfermement en box, le sevrage et l’isolement social le temps de guérir et de pouvoir retourner dehors avec des chevaux (mais plus avec sa famille qu’il peut voir de loin).

Fait n°2: cela a généré de la frustration et donc de nombreux Poursuivre la lecture

Cody en gelée anglaise

Rentrée tard du stage de chez Dominique Bélaud (après avoir fait un bref passage chez une autre collègue de l’Ecole de Légèreté, Valérie Baliros), je suis allée voir Pirate et sa digestion perturbée, mais surtout Cody.

Couverture imperméable sous le bras, sous une pluie légère et un vent permanent, pas violent, mais vu les températures très basses, il est glaçant…
Poursuivre la lecture

Brindille ou l’histoire banale de propriétaires de bonne volonté

Brindille a été achetée par sa famille il y a quelques mois (cet été). L’aboutissement d’un rêve pour la dame, l’investissement complet de la famille, l’idéal en somme, que peu de foyers connaissent…
Jugez plutôt: avant même l’arrivée de la jument à la maison, les belles clôtures en bois doublées de ruban de qualité ont été installées, l’abri monté, le foin stocké, le van acheté.

Leur but: avoir le bonheur de voir la jument à la maison chaque jour, de la nourrir, de la soigner, et l’emmener chaque semaine prendre des cours dans le club usuel de la dame et sa fille.
Vivre du rêve quoi…

Mais cela ne s’est pas passé exactement comme cela. Enfin, si, au début.
Oh, ce ne sont pas les corvées de foin qui posent problème, ni la gadoue qui arrive irrémédiablement.
Non.

C’est juste que Brindille, elle a commencé à moins vouloir entrer dans le van.
Trois fois rien. Une bricole.
Puis à regimber en s’approchant du van. Pas commode.
Puis à regimber dès le pré quand elle repérait que la voiture était attelée au van. Difficile de mettre un licol…
Puis à non seulement refuser de monter dans le van, mais carrément refuser de sortir du pré, quelle que soit la situation.
La dégradation s’est faite tranquillement au début puis une fois que cela a été installé, l’évolution a pris une mauvaise tournure rapidement.

La structure dans laquelle allait travailler Brindille n’ayant pas pour vocation d’accompagner les gens à domicile, fussent-ils cavaliers chez eux, la famille de Brindille s’est trouvée sans issue.
Jusqu’à ce qu’elle cherche de l’aide ailleurs pour être accompagnée dans cette situation cul-de-sac…

Rendez-vous est pris après qu’ils m’aient donné l’historique, et me voilà à aller chez eux.
On s’engage directement sur un forfait: le but n’est pas que je sois capable d’embarquer la jument, mais qu’ils sachent le faire et pallier aux situations critiques quand la belle est en refus ou stress.
Trop de gentillesse, trop d’inquiétudes, trop d’envie de bien faire, trop de désarroi.
Brindille a une chance inouïe d’avoir de si belles personnes à ses côtés, même si elle en joue un tout petit peu!

En quelques séances, après avoir essuyé des refus assez nets de la trèèès sensible Brindille (reculer, ruades, morsures de stress, cabrers, galopades sur place, treuillage et autres écrasements divers, le tout s’enchainant parfois un peu vite et pas toujours dans le même ordre), et donc labouré le terrain de ses sabots depuis le parc jusque devant leur maison… la jument concède d’embarquer sous la demande de plus en plus experte de sa propriétaire. Cette dernière se laisse de moins en moins dévarier par le savoir-faire, la susceptibilité et l’émotion de la belle. Cabrers, ruades, galopades sur place deviennent de moins en moins violents, plus rares, plus brefs. Son émotivité baisse ici ou là, et laisse voir la belle énergie, la belle volonté dont elle est capable.
Avoir du cadre un poil rigoureux la met un peu en colère mais finit par la rassurer aussi.

Samedi dernier, Brindille, embarquée par son humaine, a fait son premier trajet jusqu’au club et est rentrée ensuite chez elle sans encombre.
Allez, c’est bien engagé, le rêve va pouvoir reprendre son cours après cette interruption déboussolante 😉

Dylan ou la joie de vivre

Dylan, arrivé au club il y a quelques années, a trainé avec lui quelques caractéristiques bien marquées:
– une expression de gentillesse infinie, à faire fondre les pierres
– un corps surprenant (encolure greffée bas, rein voussé, épaules étroites…)
– un regard un peu terne
– un désir marqué de travailler encore et encore; trop…
– encolure, ATM, nuque, épaules verrouillées… et postérieurs déconnectés du reste du corps
– un comportement trop sage même dans le jeu
– un blocage biomécanique et cognitif total à chaque émotion

Dylan tente de débloquer sa mâchoire même au pré

Par conséquent, la gestion de son corps et de ses gestes lui ont été très difficiles, avec une incapacité à se repérer dans l’espace à la moindre émotion (même infime), et une gestuelle très robotisée, sans fluidité.

Depuis que Séverine Deretz Poursuivre la lecture

Ecole de Légèreté: se passer d’enrênement

Quel que soit votre niveau ou le niveau de votre cheval,
les événements peuvent vous amener à devoir l’enrêner par manque de solutions techniques,
ou juste parce-qu’on vous a dit que c’est ce qu’il faut faire sans que vous sachiez pourquoi.

Si cela ne vous convient pas, je suis à votre disposition pour vous apprendre à vous en passer.
Avec un mors simple, et des actions progressives et modérées.

Attention, cela implique de s’investir techniquement, parfois même sur du moyen à long terme, ce n’est pas un coup de baguette magique qui est proposé, mais un vrai travail d’éducation du cheval….

A terme, vous serez heureux (et votre cheval donc!) de pouvoir utiliser votre savoir-faire et vos mains là où les autres prétendent se passer des mains mais enrênent à tour de bras.

NB: cela risque d’être plus simple pour votre cheval que pour vous 😉

Regardez bien les photos: cheval qui s’étend, sans tirer ni passer derrière la main, quel que soit le cheval, sa conformation, son niveau de dressage:

SONY DSC